Le football

Groupe Ecriture Lausanne du 19 juin 2018

Thèmes :

  • Le vent (le ventilateur)
  • Le football (Le Mondial)
  • L’état de la nature (l’écologie)
  • L’impasse

Le football

Le footballeur professionnel est un peu tricheur; il est souvent très bien payé. La triche à ce degré dans le sport se trouve dans le football même si on la trouve de façon différente notamment dans le cyclisme et l’athlétisme sous la forme du dopage.

Le football c’est l’opium du peuple. N’avez-vous pas remarqué que les joueurs tombent parfois comme des mouches? À peine touchés par l’adversaire et d’autant plus facilement qu’ils approchent de la surface de réparation adverse.

Et à chaque remise en touche, chaque coup franc, ils essaient de grignoter quelques mètres de terrain. Pourtant, c’est le sport roi. Alors vivons-nous dans un monde, une société de tricheurs?

En partie oui, je crois, est ma réponse, mais il y a aussi pas mal de gens corrects et intègres.

Le rôle le plus ingrat, dans cette affaire, est celui de l’arbitre. C’est le seul qui n’est pas bien payé de même que ses assistants et les juges de  touches; et il peut aussi y risquer son intégrité physique.

Cependant, malgré ce que je viens de dire, il m’est très agréable de suivre un match de la présente Coupe du Monde 2018 sur un grand écran dans un Open Air, de même que dans un bistrot ou simplement à la maison.

En ce qui concerne le positif, on pourrait rajouter la diversité des accoutrements des supporters des différents pays affublés de multiples coloris, les cheveux et la peau du visage parfois teints; portant multiples chapeaux et autres déguisements.

Durant la Coupe du Monde, certaines femmes sont tranquilles, elles peuvent sortir entre copines; d’autres vont comme les hommes suivre les matches. Après ceux-ci, c’est souvent un concert de klaxons mémorable et il faut parfois attendre que le vacarme cesse ou bien se mettre des boules Quies dans les oreilles pour nous endormir au creux de ces bruits.

La Coupe du Monde avançant, on est quelques fois un peu lassé des matches et on finit parfois par ne même plus regarder la finale; mais néanmoins, une fois le tournoi terminé, le soufflé retombé, on se sent triste et vide, comme s’il nous manquait quelque chose.

Copyright Jean-Luc Carrel 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *