Ma fragilité

Je suis un colis fragile

A la poste, on m’estampille

Puis on me jette sur la pile

Et les postiers voraces

Jouent à pile ou face

 

Et me voilà sur le charriot

Juste devant moi un colis-vélo

Avec de forts côtés mégalos

Il tire sans cesse sur un mégot

On ne se voit plus à deux mètres

« Si je peux me permettre »

 

Dans ce flux incessant, j’étouffe

Et ce n’est pas de l’esbroufe

Ma destination me mène tout de même

Au 19, avenue du Maine

A côté de la Tour Montparnasse

Où mon ombre se prélasse

 

On m’attouche, je vais porter plainte

Mais je ne suis qu’un petit colis

Qu’on porte sur l’escalier en colimaçon

Que l’on traîne ensuite à l’hameçon

Pour me mettre en scène

Depuis les berges de la Seine

 

Heureusement, que je ne coule

Même si ma vie n’est pas si cool

J’ai un peu le blues, j’écoute de la soul

Le soir, parfois je me saoule avec du mauvais vin

 

Cependant, je recherche le divin

Et faute de mieux pour l’instant

J’ai trouvé un confortable divan.

 

C Copyright Jean-Luc Carrel, 28 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *